Bandit Manchot Enligne

La dépendance au pari en Australie : une épidémie ?

Chaque année, les Australiens perdent 19 milliards de dollars dans des casinos et sur des établissements en ligne. Cela signifie qu'en moyenne, un adulte perdra 1 300 $ chaque année, ce qui est l'un des taux de perte financière les plus élevés au monde pour cette industrie. Le taux de dépendance au pari en Australie est le plus fort au monde et « les pokies », qui sont une autre appellation des machines à sous en Australie, deviennent un problème social majeur.

L'arrivée des machines à sous en Australie

En 1992, de nombreux États ont accueilli ce passe-temps, permettant aux principaux fournisseurs de machines à sous de s'installer. La rentrée d'argent que cela fournissait aux états a rendu dépendants aussi bien les gouvernements que les joueurs. On estime que 12% du revenu de la Nouvelle-Galles-du-Sud est généré à partir de ces bénéfices qui s'élèvent à des centaines de millions de dollars par an.

Une industrie en plein essor

Les casinos et les machines à sous ont explosé dans le pays au cours des deux décennies qui ont suivi leur libéralisation. Aujourd'hui, il y a plus de 4 000 clubs et casinos autorisés. Beaucoup sont affiliés à des équipes sportives locales de football ou de rugby, et les machines à sous peuvent être trouvées partout, des salles de cinéma aux bars locaux en passant par les terrains de golf. Braybook, une banlieue défavorisée de Melbourne, a une dépense moyenne de 3 000 $ par personne chaque année. Des centres plus importants de machines à sous se trouvent dans toutes les grandes villes, et certains offrent même une garderie pour les enfants.

Les tentatives de réforme

Les problèmes liés à la dépendance au pari, hors de contrôle en Australie, ont nécessité des réformes. Plusieurs tentatives pour modifier les lois ont été faites, telles que l'obligation de séparer le bâtiment des garderies de celui des machines à sous, mais la quasi-totalité a échoué à passer les procédures législatives. L'une des tentatives de réforme les plus ambitieuses concernait un projet de loi émis par le député Andrew Wilkie qui obligerait les joueurs à instaurer des limites sur les cartes de jeu électroniques. Une fois qu'un joueur a atteint sa limite, la carte serait inutilisable pendant 24 heures. La pression très influente de l'industrie et la victoire soudaine aux élections du premier ministre Julia Gillard du Labour Party ont abouti à la défaite de ce projet de loi.

À la défense des Pokies

Clubs Australia, l'organisme qui représente l'industrie, minimise cette dépendance. « Nous sommes une nation de parieurs », a déclaré leur porte-parole Jeremy Bath. « Plus de 10 millions de personnes choisissent de parier ; les individus montrent ainsi leur approbation ». Toutefois, que ces dépenses soient toujours vues comme un acte innocent ou pas, on ne peut nier qu'avec des milliards de dollars perdus chaque année, la dépendance au pari en Australie est vraiment un problème, étant donné que le gouvernement est tout aussi accroché à cette activité que les joueurs.